🔮Un militant du MRC sort de la clandestinitĂ©.

Spread the love

Si c’est mon tour de passer aux geîles, qu’il en soit ainsi !
Chers Camardes Bonjour !
Aujourd’hui je prends la ferme responsabilitĂ© de rentrer chez moi ;

Par Fotsing Nzodjou

Je suis fatiguĂ© de jouer au chat et Ă  la souris avec la police, fatiguĂ© de vivre comme un fugitif, fatiguĂ© d’ĂȘtre « au front » dans mon propre pays, je suis fatiguĂ© de vivre cachĂ© comme un vulgaire criminel !

S’ils veulent m’arrĂȘter, alors qu’ils le fassent et qu’on passe Ă  autre chose !
Cette semaine je rentre sur Douala oĂč mes activitĂ©s sont en berne depuis plusieurs semaines.

Oui cela fait exactement trois semaines que j’ai dĂ» tout arrĂȘter, trois semaines que toutes mes activitĂ©s professionnelles sont Ă  l’arrĂȘt, j’ai dĂ» tout fermer pour pouvoir Ă©chapper aux multiples tentatives d’arrestations ; trois semaines que je vis en cabale. Qu’ai-je fait pour mĂ©riter une telle vie dans mon propre pays ?

Que les militants et sympathisants du MRC qui ont marchĂ© le 22 pour revendiquer de meilleurs conditions de vie et qui aujourd’hui vivent en cachette sortent, qu’ils nous arrĂȘtent tous et sans doute le Cameroun sera un pays dĂ©veloppĂ©s.

Nos arrestations massives devront certainement faire en sorte que le prĂ©sident de fait du Cameroun se prĂ©sente enfin Ă  l’AssemblĂ©e gĂ©nĂ©rale des Nations unies et y prend parole.
Qu’ils laissent mourir les Camerounais arrĂȘtĂ©s le 22, que personne ne le dĂ©fende ni ne s’apitoie mĂȘme sur leur sort ; qu’ils les laissent affamĂ©s des jours durant si cela peut dĂ©velopper nos pays et nous offrir des meilleures conditions de vie.

Nous observons tous ce qui se passe dans les brigades et commissariats oĂč sont actuellement dĂ©tenus dans des conditions inhumaines les manifestants arrĂȘtĂ©s le 22, et dont les Ă©ventuelles libĂ©rations sont monnayĂ©es par les chefs de ces unitĂ©s de brigades et police ;

A ces chefs vĂ©reux, sachez que l’histoire de notre pays et entrain de s’écrire et que la roue tourne.

Aux tortionnaires zĂ©lĂ©s qui infligent les blessures et autres humiliations aux citoyens dans ces camps de tortures, sachez que le peuple vous regarde et chacun rĂ©pondra de ses actes devant la tribune de l’histoire.

Mais sachez une chose : nos souffrances, nos douleurs et nos sacrifices ne seront pas vains car la nature a ses loi, et ces lois sont autant universelles au sens spirituel qu’inĂ©branlables.

Ce matin comme je l’ai dit, j’ai dĂ©cidĂ© de ne plus fuir, de ne plus me cacher.
Si mon arrestation est toujours en projet, alors je suis Ă  vous et SĂ»rement aprĂšs ma mise aux arrĂȘts, la CAN 2019 pourra enfin se jouer au Cameroun.

J’ai Ă©tĂ© en exil 2016 Ă  cause de mes positions et de mes engagements pour un Cameroun prospĂšre ce qui n’a pas altĂ©rĂ© ma dĂ©termination mais cette fois-ci je ne bougerai pas et si cela m’avait mĂȘme effleurĂ© l’esprit, je n’aurai aucun moyen de le faire car mon pays est tellement prospĂšre et stable que depuis 2017 que j’ai introduit les dossiers pour l’établissement de mon passeport et mĂȘme de ma CNI, je n’ai Ă  ce jour ni l’un ni l’autre.

Voyez-vous, je suis sans papier dans mon propre pays ! N’est-ce pas là une autre forme de prison ?
MĂȘme les CNI vous n’ĂȘtes pas capables d’en produire pour la population et nous n’avons pas le droit de nous plaindre c’est ça la dĂ©mocratie ?

Quel est ce pays oĂč on poursuit les citoyens dans leurs domiciles privĂ©s parce qu’ils auraient marchĂ© ou mĂȘme simplement envisagĂ© marcher pacifiquement ?

C’est quoi ce pays oĂč les gens sont envoyĂ©s en prison juste parce qu’ils ont exprimĂ© une opinion ?
C’est quoi ce pays oĂč les victimes doivent se taire Ă©ternellement pour ne pas heurter la sensibilitĂ© de leurs bourreaux?

C’EST QUOI LE PROJET ?
Les militants du MRC sont aujourd’hui obligĂ©s de vivre en cachette, en fuite, en retrait Ă  cause de leurs opinions politiques et on viendra nous parler de la dĂ©mocratie ! Quel paradoxe !
Moi ça suffit, je sors la tĂȘte de l’eau.
Je suis actuellement Ă  YAOUNDÉ plus prĂ©cisĂ©ment Ă  Emana, je suis arrivĂ© ce matin et je compte y passer 2 jours puis rentrer chez moi Ă  Douala. Vous connaissez trĂšs bien mon domicile de ce cĂŽtĂ©-lĂ  alors venez me chercher, je ne me cache plus, enlevez moi et qu’on quitte dans ça. Je vis Ă  Village, entrĂ©e lycĂ©e, derniĂšre l’Ă©cole Ebama. VoilĂ , plus de cachette.

Vous m’avez poursuivi Ă  Dakar avant les marches, vous m’avez blessĂ© durant les marches, vous m’avez encore poursuivi Ă  Nkololoun aprĂšs les marches, vous me cherchez partout et je fuis comme un voleur ? Non je ne suis pas un voleur, je suis un simple citoyen qui veut juste exprimer ses idĂ©es.

Je ne sais pas si vous avez reçu ordre de me pourchasser ainsi ou alors vous voulez juste un trophĂ©e pour votre graduation ; mais quoi qu’il en soit, je suis dĂ©sormais Ă  votre disposition, qu’on en finisse.

A vous mes AP vivant actuellement le mĂȘme calvaire, sortons tous qu’ils nous arrĂȘtent !
Un bonjour chaleureux et bon courage aux frĂšres et sƓurs arrĂȘtĂ©s autour du 22.

Un Bonjour aux militants des droits de l’homme, au peuple indignĂ© qui subit la rĂ©pression sauvage de certains hommes en tenue et du systĂšme.
Le peuple se souviendra de vos sacrifices et de votre combat.
La Patrie vous sera reconnaissante !

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *